Le ski de fond en Norvège pour les débutants

Comme indiqué dans notre article sur le ski en Norvège, le ski de fond (“langrenn” en norvégien) occupe une place spéciale dans la culture et l’histoire norvégiennes, et constitue un passe-temps privilégié en hiver. Après avoir été un moyen de transport, le ski est maintenant devenu un loisir, même s’il sert parfois aussi à des fins très sportives.

Pourquoi se mettre au ski de fond en Norvège ?

Relativement peu connu en France, sauf parmi nos amis du Jura, le ski de fond est le sport le plus populaire parmi les Norvégiens, et il faut les comprendre :

  • Grâce au travail d’associations comme Skiforeningen, nous avons accès gratuitement à grand nombre de pistes damées que l’on peut trouver dans la plupart des régions de Norvège et même très proche des grandes villes. Certaines sont même éclairées. C’est donc un sport très accessible et peu onéreux une fois qu’on est équipé, et ce même en payant sa cotisation (non obligatoire mais fortement conseillé) à Skiforeningen. 
  • Grâce à la faible pente des pistes, ce sport est moins dangereux que son cousin le ski de piste et est donc parfaitement accessible aussi bien en solitaire qu’en groupe ou avec des enfants.
  • Le ski de fond à l’avantage d’être un sport qui se pratique dans des lieux plutôt sauvages et dépaysants qui permettent de déconnecter avec son quotidien. Rien de tel qu’une petite séance de ski pour prendre l’air et oublier la morosité ambiante qui peut s’installer pendant les longues nuits de l’hiver.
  • C’est un excellent sport d’endurance, il est très bénéfique pour le système cardiovasculaire. Le ski de fond est bien moins traumatisant pour les articulations que la course à pied du fait du déplacement glissé il n’y a pas d’impact avec le sol pour le squelette. 
  • Rien de tel pour se faire des amis Norvégiens et commencer une conversation au bureau ou même dans un bar que le sujet du ski de fond. Tout peut y passer: difficultés du débutant, quels skis utiliser, des conseils sur des pistes et leur condition le week end passé. Le ski de fond est un formidable outil d’intégration en Norvège.
Piste de ski de fond dans la forêt par Simon Matzinger de Pixabay

Convaincu ? Suivez donc notre guide pour commencer du bon pied.

Étape 1 : Choisir entre classique et skating

Le ski de fond offre le choix entre deux disciplines :

Le classique, qui se pratique dans des rails tracés dans la neige. Cette technique est une alternance de phases de propulsion et de phases de glisse et est de loin la plus pratiquée en Norvège et celle officielle dans la majorité des compétitions.

Photo de ski de fond classique, dans les rails, par Thomas Bassetto

Le skating, avec son mouvement de patineur (comme pour faire du patin à glace ou du roller), est pratiqué à un rythme plus intense. Le matériel est légèrement différent : les bâtons sont plus long, les skis sont plus court et les chaussures sont plus hautes et plus rigides pour mieux tenir la cheville.

Photo de ski de fond skating par Ola Matsson

Le skating est de plus en plus populaire en Norvège mais demande de suite plus d’effort physique et il fait un peu débat par rapport à l’entretien des pistes (il y a un risque d’abîmer les rails utilisés par les skieurs classique quand on ne maîtrise pas). Dans tous les cas, il n’est pas possible de pratiquer ski de fond classique et skating avec le même matériel, il faut donc faire un choix. Pour les débutants nous conseillons donc la technique classique, plus traditionnelle et moins fatigante.


Les skis de technique classique existent en deux variantes : avec ou sans fart de retenue (“smøre” ou “smørefri” en norvégien). Utiliser du fart de retenue des skis est une science, il existe de nombreux paramètres à prendre en compte dont les plus importants sont la température extérieure et l’ancienneté de la neige. Trop froid, le ski ne retiendra pas sur la neige, et ne permettra pas de skier ; trop chaud, le fart va accrocher trop de neige qui va former un bourrelet sous la semelle empêchant toute glisse. C’est donc plutôt réservé pour la compétition et les puristes. Nous recommandons donc vivement aux débutants de commencer par des skis qui n’ont pas besoin de ce type de fart.

Traditionnellement, les skis sans fartage de retenue utilisait des écailles et émettait un bruit proche du couinement quand on les utilisait… Pour cette raison, et aussi car ils étaient plus “lents”, ils n’ont pas bonne réputation. Mais depuis 2017 les rayons sont envahis de skis à peau synthétique, qui s’adaptent aussi à toutes les conditions de neige. Ce type de ski est un parfait compromis entre accroche et glisse. Bien plus tolérant qu’un ski à farter, il est même utilisé en compétition longue distance. C’est de loin le meilleur choix pour débuter !

Un bémol cependant : les skis à peau synthétique nécessitent un petit entretien indispensable (plus que les autre skis). Il faut acheter dans votre magasin de sport préféré deux produits spécifiques pour les peaux synthétiques (les conseillers sauront très bien vous guider), ainsi qu’un rouleau de papier pour skis de fond qui vous servira à appliquer ces produits :

  • D’une part la peau synthétique se comporte à peu près comme du mohair. Il faut l’imprégner régulièrement pour éviter qu’elle se gorge d’eau qui rendra ensuite la marche impossible.
  • D’autre part, il faut nettoyer les peaux avec un produit fait pour ça après chaque sortie pour éliminer résidus de fart laissé par les autres skieurs, résines d arbres, etc.

Si vous ne le faites pas vous devrez probablement remplacer vos peaux après quelques sorties.

Photo de ski avec de la peau synthétique par Amer Sports [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Pour aller plus loin, vous pouvez lire l’excellent comparatif de Salomon : Ski de fond classique & skate : quelles différences ?.

Étape 2 : Louer ou acheter le matériel ?

Sans savoir si vous allez aimer le ski de fond, il paraît plus raisonnable de vouloir commencer par louer le matériel. Cependant vous allez devoir affronter deux obstacles :

  • La location de matériel est relativement peu répandue en Norvège.
  • Le choix de skis de fond dépend de votre taille, de votre forme athlétique et surtout de votre poids ! Il est donc plus délicat de trouver le bon matériel.

À notre connaissance, les seules options pour louer sont :

  • Une association au sein de votre école, si vous êtes étudiant.
  • BUA : une association avec un centre dans de nombreuses villes norvégienne proposant la location de matériel gratuitement. Mais ils ont surtout des tailles enfants, et nous n’avons jamais essayé de louer avec eux.
  • Oslo Vinterpark : la station de ski alpin d’Oslo, ils louent aussi des skis de fond !

Une autre option est d’emprunter des skis à un-e ami-e ou collègue de la même taille et du même poids le temps de voir si cela vous plaît.

Pour acheter, mieux vaut se tourner vers des boutiques de sports comme XXL, Anton Sport, Intersport ou Oslo Sportslager pour avoir les conseils d’un professionnel. Si vous achetez d’occasion sur Finn sans conseils vous risquez de vous retrouver avec du matériel non adapté.

Pour les chaussures, les fixations et les bâtons, faites confiance aux conseils du magasin de sport. Ils proposent d’ailleurs souvent des offres “tout-en-un”.

Pour les vêtements, à l’inverse du ski alpin, il vous faudra des vêtements près du corps, et gants et bonnet chauds. Préfèrez les sous-vêtements 100% laine, qui de toute façon sont en très bon investissement en Norvège que vous fassiez du ski ou non 🙂

Étape 3 : Apprendre la technique classique

Si vous savez faire du ski alpin … cela ne vous sera d’aucune aide. Les skis sont plus fins, plus longs et plus légers, les chaussures sont plus légères et seulement accrochées au ski via leur pointe, bref rien à voir.

Le ski de fond en style classique, en plus d’être la technique historique du ski de fond, est très facile à appréhender lorsque l’on souhaite se balader sur les pistes de ski. Le pas alternatif, proche de la marche est relativement facile à apprendre mais une pratique sportive du ski de fond en style classique demandera cependant une bonne technique pour bien glisser.

C’est pour cela que nous recommandons vivement de prendre des cours (par exemple avec Skiforeningen ou Learn2Ski). Les débutants ont tendances à compenser leur manque de technique par un effort non nécessaire et finissent fatigués au bout de quelques petits kilomètres. C’est la bonne technique qui vous permettra d’aller plus loin sans se fatiguer et ainsi de profiter un maximum de la nature norvégienne.

Cependant, les cours peuvent être inexistant là où vous habitez, trop chers pour vos économies ou simplement trop tard dans la saison alors nous avons écrit pour vous quelques astuces.

Astuce 1 : Regarder des vidéos sur YouTube

Notre recommendation : Beginners Guide to Cross-Country Skiing.

Vous trouverez aussi des vidéos réalisées par notre Simon Fourcade national sur ce guide de GlissHop.com.

Astuce 2 : S’entraîner sur du plat, sans bâtons

Le pas alternatif, un pied devant l’autre, utilisé en ski de fond classique est proche de la marche. Vous pouvez dans un premier temps trouver votre équilibre en avançant sans chercher à glisser. Il vous faudra ensuite apprendre à distinguer 2 phases dans votre mouvement :

  • La phase de propulsion : Transférez tout votre poids sur un pied et avancez le comme si vous essayez de taper dans une balle qui se trouve devant dans le rail. Cela vous donnera l’impulsion vers l’avant. En fin de propulsion, transférez votre poids sur la jambe opposée pour débuter la phase de glisse.
  • La phase de glisse qui vous permettra de conserver votre vitesse, essayez de conserver le plus longtemps possible l’élan donné lors de la phase de propulsion.

À chaque impulsion, poussez avec le bâton opposé.

Astuce 3 : Apprendre à monter les pentes en pas de montée (canard)

La technique du canard, avec vos skis en V, est à utiliser dans les montées raide lorsque le système de retenue de la peau synthétique n’est plus suffisant. Les plus sportifs monteront en sautillant au lieu de marcher.

Astuce 4 : Apprendre à descendre en chasse-neige

La meilleure astuce pour contrôler sa vitesse en descente est d’utiliser la technique des pas chassés. Cependant, vos skis seront surement dans les rails c’est pour cela qu’il faut apprendre à en sortir. L’astuce est de transférer son poids sur un pied et de vite sortir l’autre du rail pour se mettre en position “demi-pas chassé”. Si vous trouvez que vous allez encore trop vite, il faut utiliser la même technique pour sortir le deuxième pied en dehors de son rail.

Astuce 5: Apprendre la poussée simultanée

Particulièrement utile sur les longues distances sur le plat, cette technique consiste à utiliser les deux bâtons en même temps pour se propulser en avant. Vos jambes restent parallèles.

Astuce 6: Apprendre à se relever après être tombé

Les chutes vont être inévitables 🙂 Le plus important est de vous mettre sur le côté de la piste au plus vite avant de vous relever pour éviter une collision, ne restez pas sur les rails.

Ensuite, la meilleure astuce est d’attraper ses skis pour se relever sur les genoux. C’est plus facile à comprendre en vidéo :


Pour vérifier quand les pistes ont été préparées pour la dernière fois, il faut consulter skisporet.no pour l’ensemble de la Norvège, sauf pour Oslo et ses alentours. Pour ce dernier Skiforeningen a l’exclusivité sur les données et les fournies sur leur site web. Vous pouvez aussi utilisez les applications iPhone et Android Skisporet et iMarka respectivement.

Vous savez tout maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous lancer !

Merci à Bastien Barrière et Christian Gaussen pour la relecture.

Le guide du ski en Norvège

Le ski est profondément enraciné dans les traditions norvégiennes, tellement qu’une expression courante est “Nordmenn er født med ski på beina” (“Les Norvégiens naissent avec des skis aux pieds”).

Cela s’observe non seulement sur place avec le nombre incroyable de petits et grands sur leurs skis en hiver, mais aussi lors des Jeux olympiques d’hiver où la Norvège occupe le premier rang, avec plus de médailles d’or, d’argent et de bronze que tous les autres pays participants.

Si la majorité des Français connaissent le ski alpin, peu sont coutumiers des autres types de skis qui se pratiquent en Norvège. Voici donc notre guide pour s’y retrouver !

Le ski de fond (langrenn)

Photo de gens faisant du ski de fond à Trysil-Knut Arena

Le ski de fond occupe une place spéciale dans la culture et l’histoire norvégiennes et constitue un passe-temps privilégié en hiver.

Au contraire des pistes dans le Jura, l’accès aux pistes damées est gratuit en Norvège. Elles sont entretenues par l’association Skiforeningen, mais comme dit leur slogan : “Det snør ikke spor”, ce qui se traduit par “Il ne neige pas des pistes” et on vous encourage donc à devenir membre et payer la cotisation annuelle si vous profitez de leur travail.

Ces pistes se trouvent dans la plupart des régions de Norvège, même dans les zones côtières, en hiver. Les destinations de ski de fond les plus convoitées sont situées dans les montagnes de la Norvège du Centre et de l’Est, comme Sjusjøen dans le département du Hedmark, Oppdal dans le Trøndelag et Geilo dans la vallée du Hallingdal. Sans oublier bien sûr la forêt autour d’Oslo “Oslomarka” qui peut avoir jusqu’à 2 600 kilomètres de pistes damées dont 90 km sont éclairées la nuit quand les bonnes conditions sont réunies.

Pour vérifier quand les pistes ont été préparées pour la dernière fois, il faut consulter skisporet.no pour l’ensemble de la Norvège, sauf pour Oslo et ses alentours. Pour ce dernier Skiforeningen a l’exclusivité sur les données et les fournies sur leur site web. Vous pouvez aussi utilisez les applications iPhone et Android Skisporet et iMarka respectivement.

Nous avons publié un article expliquant comment se mettre au ski de fond pour les débutants et nous publierons très bientôt un autre avec les meilleurs endroits où faire du ski en général, abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu au courant.

Classique et Skating

Si le classique est la technique historique du ski nordique si chère aux scandinaves, le skating séduit aujourd’hui un nombre grandissant de skieurs. Au grand dam des skieurs classiques, étant donné que le skating abime les rails des pistes de ski classique. À noter que les plus grandes compétitions comme Holmenkollmarsjen ou Birkebeinerrennet se font uniquement en technique classique.

Pour être totalement transparent : le paragraphe précédent a été écrit par un adepte du ski de fond classique 😉

La culture du ski de fond peut parfois être malsaine

Les Norvégiens sont donc très attachés à la pratique du ski de fond et à leurs sportifs nationaux. En tant qu’étranger vous n’échapperez pas aux questions “Est-ce que tu connaissais le ski de fond avant ?” “Est-ce que tu t’y es mis ?” “Est-ce que tu aimes ?”. Il y a une légère pression sociale à faire du ski, et à l’aimer. Vous pensez que c’est exagéré ? Regardez cette vidéo de la série humoristique “Helt Ramm” où même la première ministre y participe :

Si vous ne comprenez pas le norvégien : on y voit une personne ne s’intéressant pas aux compétitions de ski de fond se faire renier par ses collègues, puis menacer par la première ministre avant de se faire torturer jusqu’à ce qu’il accepte de d’applaudir et de soutenir les sportifs norvégiens…

Cependant ne vous mettez pas la pression, c’est un secret de polichinelle mais de nombreux norvégiens, et étrangers, ne font jamais de ski de fond !

Le ski de randonnée nordique (fjellski)

Photo prise à Langsua nasjonalpark par le guide DNT Peter Mikosch-Warren

Ce type de sport s’apparente beaucoup au ski de fond, mais sans pistes damées. C’est de la randonnée en terrain sauvage et relativement plat ou vallonné, ce qui permet de couvrir de plus longues distances et souvent éviter les pentes trop abruptes qui ne sont pas adaptées au matériel. Les skis de randonnée nordique ont des carres en métal et sont légèrement plus larges que les skis de fond pour ne pas s’enfoncer dans la neige. Il faut généralement utiliser du fart de retenue mais en terrain très vallonné ou en conditions difficiles il faut utiliser des peaux qui se fixent en dessous des skis.

Les skieurs confirmés faisant du ski de randonnée nordique découvrent souvent une nature intacte, beaucoup plus inaccessible qu’en été (traversée de glaciers, rivières etc). L’endroit roi pour ce type de sport est la traversée du plateau de Hardanger (Hardangervidda) ou du plus grand glacier de Norvège (Jostedalsbreen).

À noter que c’est un ski typiquement norvégien. Très populaire dans l’armée, où ils sont tout blancs !

Militaires norvégiens avec leurs skis blancs, photo de Ringsaker Blad.

Le telemark

Photo d’un skieur Telemark par Kjetilbmoe – Eget verk, CC BY-SA 3.0

C’est l’une des plus anciennes techniques de ski, inventée en 1868 par un menuisier du comté de Telemark en Norvège et toujours d’actualité. Cette technique de ski de descente laisse le talon libre (non fixé au ski), ce qui permet d’exécuter des virages harmonieux dits « virages télémark ».

À plutôt conseillé aux skieurs expérimentés, il faut d’ailleurs avoir du matériel adapté (chaussures, fixations et skis).

Le ski de randonnée (randonee-ski, topptur)

Photo par Tristan Hauff

La différence avec le ski de randonnée nordique se base sur plusieurs points (les skis s’appellent souvent randonnée-ski, avec un seul “n” donc, et avec ou sans accent sur le « e »).

La pratique du ski de randonnée requiert du matériel plus adapté aux pentes plus raides, à des tours plus courts se focalisant souvent sur la descente. Les skis sont comme des skis alpins mais plus légers, idem pour les chaussures qui peuvent se débrayer pour une plus grande flexibilité à la montée. Ici aussi, on utilise des peaux pour la montée.

Ce sport, pratiqué depuis des décennies dans les Alpes, est d’importation très récente en Norvège. Il explose depuis plusieurs hivers et vient, d’une certaine façon, supplanter le ski de randonnée nordique (fjellski).

Les endroits les plus populaires pour ce genre de ski en Norvège sont les alpes de Lyngen dans le Troms, les îles Lofoten dans le Nordland et la région de Møre og Romsdal.

La sécurité en ski de randonnée

Avec le boom du ski de randonnée des dernières années en Norvège, la question de la sécurité en montagne est primordiale. Il est impératif d’avoir de bonnes connaissances en terme d’équipement, de météo et de terrain avant de s’aventurer en terrain sauvage. Toujours regarder la météo avant de partir, prévoir son équipement et se couvrir en conséquence, et prendre avec soi une carte et une boussole en plus de son téléphone faisant office de GPS. Si l’on s’aventure en terrain où il pourrait y avoir un risque d’avalanche (pentes à plus de 30 degrés à proximité), il faut analyser le risque en amont et prendre avec soi pelle, sonde et détecteur de victime d’avalanche. 

Le ski alpin / snowboard (alpinski)

Photo d’Emma Paillex sur Unsplash

En Norvège, la saison est longue et les conditions sont bonnes mais les montagnes sont plus moins hautes qu’en France il n’y a pas du tout la même offre côté alpin.

Les 9 plus grosses stations se trouvent au sud de Trondheim :

Carte des 9 plus grande stations selon visitnorway.no

D’un côté, de nombreuses stations sont très petites (Ringkollen, Varingskollen, etc.) et ne conviennent qu’aux plus novices et tout petits. Les plus grosses (Trysil, Hemsedal, Hafjell, etc.) sont réputées pour leurs soirées after-ski plus que pour leurs sensations ou leurs kilomètres de pistes. D’un autre côté il y a une station de ski alpin dans la capitale qui est ouverte en semaine jusqu’à 22h ! Génial pour se dégourdir les jambes après le travail. Une autre particularité norvégienne est la station Fonna, une station de ski située sur un glacier près de Bergen, qui est ouverte entre Avril et Août (oui, vous avez bien lu) suite aux grandes quantité de neige tombant en hiver.

Vous aimerez peut-être consulter cet article de Nettavisen (de 2015) avec un tableau listant les 20 plus grand domains de Norvège et comparant leur plus longue piste (Lengste nedfart), leur nombre de pistes (Antall nedfarter), leur nombre de remontées (Antall heiser) ainsi que leur prix à la journée (de 2015).

Le biathlon (skiskyting)

Sport qui n’est pas juste du ski (de fond, type skating) car il y a aussi du tir, mais on ne peut pas ne pas le mentionner vu que l’on a de très bon sportifs français comme Martin Fourcade et Anaïs Bescond. Ce sport ne peut cependant pas se pratiquer sans être membre d’un club et malheureusement ils acceptent surtout les jeunes, difficile de s’y mettre en tant qu’adulte. Vous pouvez vous consoler en le regardant gratuitement sur NRK.

Le saut à ski (skihopping)

Idem que le biathlon, il faut être membre d’un club et ils sont focalisés sur les jeunes.

Les raquettes (truger)

Pas très commun en Norvège, les magasins XXL en vend depuis récemment cependant. Attention à ne pas  marcher sur les pistes de ski de fond, vous risquez de les abîmer et de vous faire (gentiment ?) crier dessus !

Le rollerski (rulleski)

Photo de Trysil-Knut Arena en été

Cela surprend toujours la première fois où on croise des gens en faisant en pleine ville ! Le rollerski, encore appelé ski à roulettes ou ski-roues, est une discipline du ski qui se pratique sur le goudron, sur la route ou sur des pistes appropriées. Principalement utilisé en été et en automne, quand il n’y a plus de neige, le rollerski permet de ne pas perdre sa technique de ski de fond jusqu’à la prochaine saison hivernale.

Le mot de la fin

Les aventuriers doivent cependant se renseigner sur les conditions locales (via YR.no) et la météo des avalanches (via Varsom.no) car elles peuvent se produire en montagne, généralement pendant ou juste après des chutes de neige abondantes.

Quelque soit le type de sport dans lequel vous souhaitez vous lancez, préférez prendre des cours et faire appel à des professionnels/magasins pour choisir le bon matériel.

Merci à Bastien Barrière, Marion Le Pontois et Tristan Hauff pour la relecture.

Blogs et actualité

Les blogs et sites d’actualité à connaître quand on habite où va habiter en Norvège.

Les blogs et sites d’actualité à connaître quand on habite où va habiter en Norvège.

Blogs

  • A Frog in the Fjord : blog en anglais et en français sur la culture norvégienne. Tenu par Lorelou Desjardins, une Française qui publie aussi dans la presse norvégienne.
  • Une blonde en Norvège: blog en français sur les évènements de la vie franco-norvégienne, tenu par Anne-Sophie Drouet, une Française qui travaille dans la vidéo.
  • Martine chez les blonds : blog humoristique en français.
  • Barbapapa : blog en français principalement sur le congé paternité tenu par Tristan Champion.
  • Life in Norway : site en anglais tenu par l’Anglais David Nikel, le plus complet en termes de faits et infos pour ceux qui s’installent ou veulent s’installer en Norvège.

Actualité

Rappel : Il est toujours mieux d’utiliser plusieurs sources d’informations 🙂

Applications mobiles utiles

  • Vipps : Paiements entre particuliers (ou commerçant partenaire) rattachés à votre numéro de téléphone mobile. Indispensable car elle permet d’envoyer des petits et plus gros montants là où les commerçants n’ont pas de terminal pour cartes, et permet aussi de rembourser des amis ou connaissances par exemple au restaurant. 
  • Nabobil : Location de voitures entre particuliers. Uniquement accessible aux personnes résidant en Norvège, pas aux touristes.
  • Nabohjelp : Entre-aide entre voisins (localisation via les données du Folkeregisteret donc il faut être établi en Norvège)
  • Too Good To Go : Permet d’éviter le gaspillage en achetant à petit prix les invendus des commerces aux alentours.
  • Digipost : Service de La Poste norvégienne, si vous êtes inscrit certaines entreprises et établissements public vous envoient les courriers en électronique au lieu de gâcher du papier.
  • Kolonial : Courses en ligne sur Oslo.
  • Ruter : Application des transports publics à Oslo et sa banlieue. 
  • Entur : Application des transports publics dans toute la Norvège, sensé remplacer Ruter dans le futur.
  • NSB : Application des trains dans toute la Norvège.
  • Yr : Météo norvégienne.
  • Prisjakt : Comparateur de prix.
  • Notez que seulement Uber Black (service de “luxe”) existe en Norvège, il n’y a pas UberX (voiture conduite par des particuliers) comme en France.

À propos d’iOS

Notez que sur iPhone/iPad, il faut parfois un compte Apple norvégien pour certaines apps. Vous pouvez :