Prouver votre niveau de norvégien : un guide des tests de langue

En tant que ressortissant de l’Union européenne, vous pouvez passer toute votre vie en Norvège sans avoir à jamais prouver votre niveau de norvégien. Vous n’aurez pas besoin de diplôme pour déménager en Norvège, pour obtenir la résidence permanente ou pour trouver un travail. Attention, cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas besoin de parler norvégien, mais juste que vous pouvez naviguer des années sans avoir à prouver votre niveau avec un examen puis un diplôme. Beaucoup d’étrangers prennent des cours de norvégien pour apprendre ou améliorer leur niveau, mais ces cours ne sont pas suffisants pour prouver votre niveau dans une institution officielle comme les autorités d’immigration (UDI) ou une université.

Parler norvégien peut vouloir dire beaucoup de choses différentes. Discuter avec votre voisine de la pluie et du beau temps, parler à votre médecin-traitant de vos symptômes, diriger une présentation au travail devant vos collègues et vos chefs, lire le journal et écouter la radio norvégienne et tout comprendre. Toutes ces choses de la vie courante requièrent des niveaux de norvégien très différents, et c’est justement à cela que les examens servent, pour que ceux qui les requièrent sachent justement où vous vous situez. Si vous vous demandez toujours comment apprendre le norvégien, consulter notre article à ce sujet

Vous pouvez donc vivre bien longtemps ici en baragouinant le norvégien sans que personne ne vous demande de prouver quoi que ce soit, mais il  existe des cas dans lesquels il vous sera demandé de prouver votre niveau en fournissant vos résultats à l’un des tests de langue officiels (voir ci-dessous pour les cas où cela vous sera demandé). Les cas les plus fréquents sont pour commencer des études universitaires, pour obtenir certains emplois et pour la demande de nationalité norvégienne. Bien sûr, rien de vous empêche de passer les tests par pur objectif personnel ou pour frimer dans les soirées entre étrangers, chacun ses hobbies.

Les différents niveaux de langue et leur critères d’évaluation

Il existe au total six niveaux de langue codifié par le CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues) que la Norvège applique et suit. A1 étant le niveau le plus bas et C2 le plus élevé. Ces niveaux correspondent au :

  • A1 — Niveau Introductif ou Découverte. La personne peut poser et comprendre les questions simples, liées à un environnement proche et familier.
  • A2 — Niveau Intermédiaire ou de Survie. La personne peut avoir des conversations simples.
  • B1 — Niveau Seuil. Début d’autonomie, la personne peut se débrouiller, exprimer son opinion.
  • B2 — Niveau Avancé ou Indépendant. La personne a une bonne compréhension courante et la capacité à converser. Pas de soucis pour émettre un avis ou soutenir systématiquement une argumentation.
  • C1 — Niveau Autonome. Pour un usage régulier dans des contextes de difficulté raisonnable. La personne peut s’exprimer spontanément et couramment, assez bonne maîtrise.
  • C2 — Niveau Maîtrise. Peut tout comprendre sans effort, s’exprimer spontanément.

Dans quels cas concrets un test de norvégien vous sera demandé :

Études universitaires

Si vous voulez étudier à l’université et que les études en question sont en norvégien, ils vont très probablement vous demander d’avoir au minimum un niveau B2. Pour certaines études telles que le journalisme, un niveau C1 vous sera demandé. Il y a des exceptions à cette règle, si par exemple vous avez fait des études de norvégien au niveau universitaire dans une université étrangère, ou si vous avez fait une année de remise à niveau en norvégien en Norvège.

Emploi

La majorité des jobs en norvégien ne vous demanderont pas de fournir de preuve de votre niveau, il sera jugé pendant les entretiens d’embauche ou même dès la réception de votre CV et lettre de motivation. Justifier du niveau de langue sur votre CV ne peut être que bénéfique, en utilisant le système codifié européen comme référence, et un test bien que non obligatoire, peut être une bonne manière de prouver que vous avez le niveau requis surtout à l’écrit. Mais il y a des emplois où un certain niveau est officiellement exigé tels que :

  • Le personnel de garderie : il faut avoir eu au minimum le niveau A2 lors de l’examen écrit et le niveau B1 pour les examens de compréhension à la lecture, de compréhension à l’écoute et de communication orale.
  • Le personnel du milieu médical : Cela va dépendre du poste exact ET de la ville dans laquelle la personne travaille mais de manière générale il faut au moins B2. La commune d’Oslo requiert le niveau C1 pour son personnel médical.

La nationalité norvégienne

Enfin, pour  faire la demande de nationalité, il faut pouvoir (entre autre) pouvoir justifier du niveau A2 ou supérieur à l’écrit et à l’oral. Ce niveau, relativement bas doit sûrement vous surprendre, mais il s’explique par le fait que certains personnes viennent en Norvège en étant analphabètes et que atteindre le niveau A2 est jugé déjà suffisant dur pour eux. Le gouvernement réfléchit cependant régulièrement à demander le niveau B1 au minimum.

Les différents tests officiels

Le Norskprøve

Il existe pour plusieurs niveaux : Norskprøven A1-A2, A2-B1 ou B1-B2, chaque fois en version orale et écrite. Il est géré par Kompetanse Norge.

Le test est divisé en quatre :

  • Compréhension écrite, sous forme de QCM (jusqu’à 75 minutes)
  • Compréhension orale, sous forme de QCM (25-50 minutes)
  • Rédaction (90 minutes pour A1-A2 et A2-B1, 120 minutes sur B1-B2)
  • Communication orale (20-30 minutes)

À l’écrit, tout se fait sur ordinateur, sur un clavier norvégien. Les tests de compréhension écrite et de compréhension orale sont adaptatifs. Cela signifie que la difficulté des questions s’adaptent à votre niveau (elles deviennent de plus en plus dures si vous répondez juste). Le nombre de questions que vous recevrez variera aussi en fonction de vos réponses. Le test de compréhension orale sera aussi plus long si vous répondez correctement. Enfin, pour la rédaction, vous aurez plusieurs exercices différents selon la difficulté de l’examen choisi lors de votre inscription. Vous aurez probablement à décrire une image, écrire un email/une lettre et à donner votre opinion sur un sujet de société.

À l’oral votre niveau sera aussi attribué en fonction de la qualité de vos réponses. L’examen oral comporte une partie conversation à deux (avec un autre candidat) et deux parties individuelles. Elle dure environ 30 minutes au total.

Se préparer et s’entraîner

Ce test était anciennement nommé Norskprøven 2 ou 3, sa formule et son nom ont été changés en 2014. Les exemples de tests comme Norskprøve 3 for voksne innvandrere (nivå B1) — Eksempelprøve 2011 ne sont malheureusement plus utiles.

Vos deux seules sources pour se préparer au test spécifiquement seront l’exemple du site officiel et les cours spécifiques dispensés par les écoles comme AlfaSkolen ou Folkeuniversitetet.

Le Bergenstest (nom officiel : “Test i norsk – høyere nivå”)

Ce test existe aussi à l’écrit et à l’oral, et teste si votre niveau est B2 ou C1. Il est beaucoup plus dur que le norskprøve pour plusieurs raisons. Le test n’est pas progressif. Si vous n’avez pas un niveau minimum B2 à toutes les parties de l’examen, vous échouez. Beaucoup disent que le niveau B2 est plus élevé dans le Bergenstest que dans le Norskprøve. Les épreuves écrite et orale sont des tests complètement différents, avec une inscription séparée et des frais d’inscription différents. Compter autour de 3000 NOK pour l’écrit et autour de 1000 NOK pour l’oral.

Bergenstest écrit

Pour avoir le niveau C1 il faut avoir un niveau C1 à au moins 3 des 5 épreuves incluant minimum une des épreuves de rédaction écrite longue. 

Le test prend 5h plus une pause, donc compter du matin tôt au début d’après midi. Le niveau pour le test écrit est très élevé car ils testent non seulement votre niveau de langue, avec un appui prononcé sur la grammaire, le vocabulaire et la compréhension écrite et orale, mais aussi votre compréhension des débats de société en Norvège. L’année où l’un des rédacteurs de ce site l’a passé, la question de rédaction était “Est-ce que la gestation pour autrui devrait être légale en Norvège ?”. Il fallait argumenter avec des arguments de deux partis politiques : FrP et KrF. Autant dire que si vous ne suivez pas les nouvelles de près et n’avez pas de vocabulaire sur des questions aussi pointues, vous aurez du mal à obtenir l’examen. 

Le test écrit se divise en deux parties de 2,5 heures et 5 examens en tout. 

  1. Compréhension écrite sur un ou plusieurs textes qui peuvent être sur des sujets littéraires, artistiques ou historiques. Vous devrez répondre à un total de 28 à 32 questions ouvertes et des QCM (questions à choix multiples) sur le contenu des textes. 
  2. Compréhension orale : 25 QCM sur des clips très courts (une question par clip) que vous n’entendrez qu’une fois. Les dialectes utilisés sont très variés ainsi que les sujets (interview de trois phrases d’un programme de radio, rapport de police parlé etc.). Cette partie requiert beaucoup de concentration et une compréhension immédiate du norvégien sans avoir besoin de répéter. Les questions sont assez difficiles car elles jouent sur des synonymes ou des malentendus dans les dialogues écoutés.
  3. Résumé (referat) : Retranscrire une conversation sans fautes d’orthographe, souvent une interview entre deux personnes. 
  4. Grammaire et expressions : 30 exercices de grammaire et sur des expressions norvégiennes. Trouver des synonymes, des expressions similaires. 
  5. Rédaction : Une longue rédaction à écrire avec un choix de deux sujets.

Bergenstest oral

Le test oral pour sa part dure environ 15 minutes. Vous pouvez choisir entre trois thèmes. Ce sont généralement des sujets en rapport avec l’actualité. Exemples : médias sociaux, immigration / intégration, sports et jeux, marché du logement, environnement, pétrole, etc.

Le test est divisé en 4 parties :

  1. Description : On vous donne un papier avec des photos en rapport avec le thème que vous avez choisi et vous êtes invité à décrire certaines de ces photos. Vos compétences de base sont testées, il est donc essentiel d’être succinct et précis. Durée : environ 2 minutes.
  2. Avis personnel : On vous donne un fait / affirmation sur le thème choisi et vous devez exprimer votre opinion (d’accord / pas d’accord). Vous avez la possibilité de vous préparer quelques minutes avant de répondre. Durée : environ 5 minutes.
  3. Conversation : L’examinateur pose des questions sur le thème choisi qui sert de point de départ à un dialogue. Ici, la capacité de converser est testée. Il est donc important de bien écouter et de s’en tenir au thème. Durée: environ 6-8 minutes.
  4. Explications (exercice supplémentaire) : S’il y a une incertitude sur votre niveau, il se peut que l’on vous demande d’expliquer une image, souvent un diagramme avec des données différentes. Durée: quelques minutes (selon le besoin).

Se préparer et s’entraîner

Le Bergenstest est écrit par Folkeuniversitetet et ils ont rendu trois examens accessibles. Voir sur ce site, chaque document est payant. Les annales accessibles pour le Bergenstest écrit le sont pour les examens de 2009, 2011 et 2016; et pour le Bergenstest oral c’est uniquement l’année 2016 qui est accessible. Tous les autres « Bergenstest blancs » que vous trouverez sur internet, y compris sur www.bergenstest.com sont en fait des simulations faites par des compagnies privées qui imaginent un examen potentiel.

Pour se préparer, cela dépend de votre niveau et de vos faiblesses. La plupart des écoles proposent un cours intensif spécifique pour préparer le Bergenstest, tels que AlfaSkolen. Beaucoup préfèrent Folkeuniversitetet car ce sont eux qui connaissent le mieux les barèmes de notation, et c’est leur institution qui écrit les examens. Des entreprises privées telles que Skapago proposent des cours privés sur Skype pour préparer l’examen.

Recevez en priorité l'annonce de nos nouveaux articles (environ deux fois par mois), abonnez-vous !

Auteur : L'équipe

Lorelou Desjardins et Thomas Bassetto sont deux amis Français qui ont créé ce site pour fournir quelques conseils aux francophones vivant ou souhaitant vivre en Norvège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *